Groupe de réflexion

Publié le par Mais l'Usine

Un groupe de travail national sur les friches artistiques à Mais... l'Usine


  • Lundi 11 et mardi 12 juin 2007, Mais... l'Usine a accueilli un groupe de travail national qui depuis plusieurs mois travaille aux côtés de l'association sur le projet Mais... l'Usine et son développement.


Ce travail s'inscrit dans une réflexion sur la reconnaissance et l'accompagnement de ces initiatives artistiques, culturelles et citoyennes.


Ce groupe de travail rassemble aux côtés de l’équipe de Mais …l’usine:

  • Claude Renard, responsable de la mission « Nouveaux Territoires de l'Art » à l'Institut des Villes (groupe d'intérêt public regroupant 6 ministères et 6 associations d'élus),

  • Fabrice Raffin sociologue de SEA Europe, auteur de nombreux travaux sur les friches artistiques en Europe,

  • Fabien Gourrat, coordinateur de la plateforme européenne de ressources Artfactories,

  • Olivier Gondouin, architecte

  • Philippe Méjean, urbaniste et enseignant-chercheur à l'université d'Aix-Marseille

ainsi que les représentants de plusieurs « espaces-projets » similaires : Les Ateliers du Vent et Le Bout du Plongeoir à Rennes, Mix'Art Myrys à Toulouse, Le Comptoir de la Victorine à Marseille, Mains d'Oeuvre à St-Ouen...

Cette dynamique européenne, que l'on voit fleurir dans ces usines désaffectées comme on pourrait le dire d'individus (désaffectés), témoigne d'une rupture dans la manière d'appréhender l'art et la culture. La volonté de transformer le passé, la mort annoncée en devenir possible, d'inventer de nouveaux rapports entre artistes, public et habitants, d'autres manières de faire et vivre ensemble, de nouveaux modes d'appartenance sociale s'inscrit au coeur de ces expériences.

La prise en compte de ces projets singuliers représente aujourd'hui un véritable enjeu urbain.

Au cours de cette séance de travail Fabrice Raffin a notamment souligné :

« La force urbaine de la culture, son interaction avec le territoire, et donc aussi son potentiel pour le développement local, renvoient moins ici à la force de l’œuvre achevée et aux caractéristiques esthétiques d’une discipline, qu’aux caractéristiques et parcours social, culturel et économique de ceux qui produisent cette culture, de leur démarche et du rapport qu’ils entretiennent personnellement et collectivement avec le territoire. »


Publié dans Rencontres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article