Diversité culturelle, Agenda 21 de la culture

Publié le par Mais l'Usine


" La Déclaration Finale du Congrès Fondateur de Cités et Gouvernements Locaux   Unis – CGLU, réalisée à Paris en mai 2004, proclame que la culture est devenue un thème incontournable pour le développement. La culture se trouve aujourd’hui au centre des stratégies urbaines aussi bien en raison de sa vocation essentielle visant à promouvoir les droits de l’homme, à modeler la société de la connaissance et à améliorer la qualité de vie de tous, que de par sa contribution à la création d’emploi, à la régénération urbaine ou à l’inclusion sociale.

La culture constitue également un des sujets majeurs de la mondialisation actuelle. Le dialogue interculturel et la promotion de la diversité culturelle font partie des principaux défis de l’humanité. Ainsi, les programmes de coopération internationale et de développement prêtent une attention croissante au patrimoine, aux arts et aux industries créatives. " (Agenda 21 de la Culture)



1. Diversité culturelle

Au delà de l'ambition fondatrice du Ministère de la Culture et des politiques culturelles en France qu'est la démocratisation culturelle, la diversité culturelle constitue aujourd'hui un paradigme de référence à l'échelle internationale.
Il s'appuie sur la signature par de nombreux Etats, dont la France, d'accords internationaux en faveur de la diversité culturelle et du dialogue interculturel :

- 2001 Déclaration universelle de l'Unesco sur la diversité culturelle
- 2003 Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

Dans un contexte de mondialisation, de massification et de mutations technologiques, ces déclarations contribuent à définir de nouveaux droits culturels universaux pour l'individu et engagent les gouvernements signataires à une évolution des conceptions de l'action publique en matière de culture.

2. La culture, 4e pilier du développement

" Notre culture témoigne du sens que nous donnons à notre vie. Elle repose sur nos valeurs communes et nos façons de concilier nos différences. (...)
Et par dessus tout, notre culture donne voix à notre vision de l'avenir, c'est à dire à ce que nous souhaitons léguer aux générations futures.

Notre culture relie notre présent au passé et à l'avenir dont nous rêvons.
C'est avec la culture que nous tissons des liens et des réseaux où se maillent le  sens et les valeurs, les amitiés et les intérêts qui nous rassemblent dans le temps, l'espace et la société.

Notre culture évoque la façon dont nous nous rappelons qui nous sommes, partageons nos récits, créons nos sentiments identitaires, imaginons ce que nous deviendront, élevons nos enfants, créons des lieux qui nous appartiennent, (...).
Notre culture témoigne de notre désir d'être heureux, d'appartenir, de survivre et, par dessus tout d'être créatif. " (Jan Hawkes, Understanding culture 2003)

Les Cités et Gouvernements Locaux Unis ont approuvé le 8 mai 2004 à Barcelone l'Agenda 21 de la Culture, en tant que "document de référence pour [leurs] politiques publiques culturelles et comme contribution au développement culturel de l'humanité".
Ce document redonne à la culture toute sa place et son importance au sein des réflexions et préconisations engendrées par les problèmes écologiques et environnementaux.

La démarche Agenda 21 vise à un changement des comportements, c'est à dire à un changement culturel, où les notions de richesse, de patrimoine, de ressource doivent être revisitées dans une compréhension globale et systémique de la vie sur Terre.
Le sommet de Johanesbourg (2002) a permis de faire reconnaître au niveau international que la préservation de la bio-diversité est intimement liée à la défense et au maintien de la diversité culturelle.

La Culture est aujourd'hui reconnue comme 4e pilier du développement soutenable et du bien-être individuel et communautaire aux côtés de l'Environnement, l'Economie et le Social. Il en souligne également leur interaction.

Avec cet outil, la dimension culturelle apparait comme "une dimension clé des politiques urbaines", entrainant la prise en compte de nouveaux objectifs et indicateurs dans l'élaboration des politiques culturelles locales tels que :

- la reconnaissance et la mise en oeuvre de droits culturels
- la participation des habitants
- la lutte contre les exclusions
- la transversalité des politiques culturelles (régénération urbaine, développement économique, éducation, action sociale, innovation...)
- la proximité et la territorialisation de l'action

De plus, si l'Agenda 21 de la Culture invite à une évolution de la définition des politiques culturelles, il souligne également la responsabilité écologique et environnementale des organisations artistiques et culturelles.


INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES :

L'agenda 21 de la Culture (en pdf)

Liste des villes, gouvernements locaux et organismes adhérents à l'Agenda 21 de la Culture (en pdf)

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article